Historique

CHRONOLOGIE

Avril 1904

Création des brevets Audax Cyclistes par Henri DESGRANGE

Parcours de 200 km à effectuer sous la conduite de capitaines de route, à une moyenne  de 18 km/h.

1er Brevet : Paris – Gaillon et retour


30 Novembre 1904

Fondation de l’ACP à Paris, 29 rue Vivienne – café du Vaudeville.

L’AUDAX CLUB PARISIEN a été fondé entre amis possédant le diplôme d’Audax Cyclistes dans le but d’encourager le développement du grand tourisme à bicyclette, d’éduquer les cyclistes, d’en faire des cyclotouristes ardents, des randonneurs endurcis et d’organiser des excursions. Les statuts furent déposés à la Préfecture conformément à la loi du 1er juillet 1901 (J.O. du 28/12/1904).

Noms des fondateurs : MM. Emile AUGER, Emile ARNAUD, Louis BOURDOUCLE, Emile COMAILLE, Armand DUBRAY, Eugène LECOUR, Armand LE RENDU, André LEBLOND, Léon MESTDAGH, Pierre PETIT, Louis ROUSSEAU, Auguste RIST, Emile SADOU, Demestre STAMADIATI, Charles STOURM, Eugène WILLAUME.


1905

L’ACP se voit confier l’organisation des brevets d’Audax cyclistes importés d’Italie, qu’il va assurer en parallèle avec ses activités. Le club contribuera pendant 16 ans à la prospérité de cette création d’Henri DESGRANGE.


1921

Suite à l’aide apportée par l’A.C.P. à « L’Echo des Sports » – journal concurrent de « L’Auto » – à l’organisation de la Polymultipliée de Chanteloup, Henri DESGRANGE retire l’organisation des Brevets AUDAX à l’AUDAX CLUB PARISIEN.

Septembre 1921 : Scission au sein de l’ACP, du fait de la reprise des Audax par le Journal « L’Auto », d’où :

Naissance d’un nouveau club : « l’Union des Audax Club Parisiens » – l’UAF actuellement – auquel le journal l’Auto confiera l’organisation des brevets Audax.

Création au sein même de l’AUDAX CLUB PARISIEN, des Brevets de Randonneurs Français à allure libre.

1er Brevet de Randonneur 200 en septembre 1921 sur le parcours PARIS – DREUX – CHARTRES – PARIS.

Une page dédiée à cette année 1921 est visible ici, avec l’aimable autorisation d’Alain Bouchet pour la publication sur notre site de son travail.


1923

Naissance de la Fédération Française des Sociétés de Cyclotourisme (FFSC) le 8 décembre 1923 qui deviendra en 1942 la FFCT (Fédération Française de Cyclotourisme).

Les différents meetings réunissant les sociétés de cyclotourisme ont eu pour résultat d’amener peu à peu la création d’une ligue ou d’une fédération.

Le lien entre les sociétés existait déjà grâce au Touring Club de France, mais les statuts de cette grande association ne lui permettaient pas de fédérer les sociétés. Le président, Monsieur DEFERT, a facilité la création de la Fédération et a promis d’y inscrire ses groupements personnels de cyclistes.

L’AUDAX CLUB PARISIEN est inscrit parmi les sociétés fondatrices de la fédération avec les Francs Routiers, le Cycle Excursionniste Parisien, le Touriste Club Parisien et les Tandémistes Parisiens.

Gaston CLEMENT, membre de l’AUDAX CLUB PARISIEN devient le 1er Président de cette nouvelle Fédération.


1963

Deux clubs dans le creux de la vague : l’AUDAX CLUB PARISIEN et le V.C.C.A.  Vint pour ces deux clubs une période très difficile : moins de membres actifs de part et d’autre, mais un vieillissement plus marqué à l’A.C.P. qu’au V.C.C.A.

La disparition des dirigeants, l’absence de sève nouvelle se firent cruellement sentir et le grand club se dirigeait vers sa disparition., malgré les services rendus au Cyclotourisme.

Il aura fallu à Jean DEJEANS toute la clairvoyance du grand Président de l’A.C.P. qu’il était pour qu’un jour il rencontre Gilbert BULTE du V.C.C.A. et lui dise simplement ceci :

« Voulez-vous reprendre l’A.C.P. ? Vous êtes le seul club parisien qui soit près de nos idées et de nos conceptions. Vous êtes malades, certes, mais moins que nous. Nous sommes demandeurs, vos conditions seront les nôtres ».

Il n’y eut pas d’hésitation – 2 voix seulement contre lors de la réunion qui décidait de sacrifier le V.C.C.A. faible, à l’A.C.P. presque inexistant.

Nous nous y sommes attelés, tous, les quelques uns du début : BULTE, DETEE, PUZENAT, Jacques et Michel DORLEANS, Mireille et Maurice LARDOUX, les frères NAVET… d’autres sont revenus CATELOIN, BLOCHER et ceux qui restaient de l’A.C.P. : DEJEANS, AUBAGUE, BABIN, LEBOURG… Nous avons reconstruit pierre à pierre ce qui fait l’A.C.P. d’aujourd’hui, un club revenu au premier plan de l’activité cyclo.

Depuis 1963

Gilbert BULTÉ assurera la présidence de 1963 à 1971. Partant de très bas en termes d’effectifs du club et de finances, il maintiendra le club la tête hors de l’eau. Il aura le courage de motiver les troupes pour organiser un Paris-Brest-Paris 1966 qui, bien qu’étant le plus faible après celui de 1931 en nombre de partants (172 seulement), redonnera du prestige à l’ACP et replacera le club dans le sens de la marche. Gilbert passera la main à l’issue du Paris-Brest-Paris de 1971, dont ce sera Robert LEPERTEL qui symboliquement donnera le départ.

Avec l’arrivée de Bob à la présidence et l’appui constant de Suzanne, ce sera pour le club une période de croissance ininterrompue des effectifs et des activités. Non seulement par la multiplication des organisations, dont la montée en puissance de l’épreuve-phare qu’est Paris-Brest-Paris, mais aussi par une vie interne au club, très riche et chaleureuse. Qu’on en juge par ce qui est le minimum promis et offert aux adhérents :

  • Un cross pédestre et familial à travers bois au début de l’hiver (le cross des Martin) qui se transformera en marche à partir de 1999, faute de concurrents
  • En février, réunion d’accueil des nouveaux adhérents, offre gracieuse d’un maillot du club et conclusion par une soirée crêpes
  • Un tournoi de foot avec d’autres clubs cyclotouristes parisiens (US Métro, US Créteil, CCVP, US BHV, AMX-APX …)
  • Pâques en Provence avec le plus souvent plusieurs équipes ACP de Flèche Vélocio
  • Un pique-nique de l’ACP avant les grandes vacances, souvent précédé d’un contre-la-montre convivial, réservé aux membres du club
  • Une Flèche de France en groupe (sans recherche de la médaille d’or)
  • Une sortie pour participer à une organisation d’un club de province (distant de 150 à 300 km)
  • Un pique-nique des gentlemen et un repas des rois

Beau programme, bien à même de renforcer des liens amicaux et aussi de faire de l’ACP, pour ses membres les plus impliqués, une seconde famille. Impossible de les citer tous, mais à la lecture du bulletin de club, après l’éditorial de Bob, on trouve très souvent cités : Suzette et Robert GRISON, Marie-Thérèse et Roger MARTIN, Michèle et Rémy HUGON, la famille DORLÉANS, Pierrot THÉOBALD, Claude et Madeleine AUBAGUE, Raymond et Marcelle CATELOIN …

Bien sûr l’ACP ne dédaigne pas aussi appuyer très fort sur les pédales et s’aligner dans les plus belles épreuves d’endurance ou montagnardes ou même carrément chronométrées. C’est pourtant la fin de ces dernières, condamnées une à une à quitter la maison FFCT. L’ACP conservera néanmoins des épreuves chronométrées au sein de son organisation et, sous la pression de la FFCT, prendra une seconde affiliation en adhérant à l’UFOLEP de 1981 à 2018.

Enfin, le club célèbre dignement ses 75 ans en organisant notamment un brevet de 1000 km sur Paris-Briançon avec, le lendemain de l’arrivée, une montée conjointe avec l’UAF jusqu’en haut du Galibier. Le 14 juillet, ils seront 2000 cyclos à être présents devant le monument de Henri DESGRANGE. Les querelles des années 1920-1930 sont bel et bien enterrées.

Cette période d’intense activité durera sous l’impulsion de Bob et de Suzanne LEPERTEL jusqu’au Paris-Brest 1983. Comme souvent à l’ACP, dont la vie est rythmée par l’épreuve-reine, c’est ensuite Marie-Thérèse MARTIN qui assurera pour une année la présidence avant d’être remplacée dès l’année suivante par Jean-Claude MASSÉ qui restera aux commandes jusqu’au Paris-Brest de 1991, celui du Centenaire, qu’il pilotera de bout en bout. Il aura l’excellente idée de créer la première Commission Paris-Brest, uniquement dédiée à son organisation. C’est un tournant majeur. Trente ans après celle-ci est toujours debout et continue, de quatre ans en quatre ans, de remplir sa mission. 

Cependant Bob et Suzanne avaient encore dirigé le Paris-Brest 1987 qui sera le premier où l’informatique fera une très timide apparition. Est-ce cette évolution, est-ce simplement une certaine lassitude, mais ce sera l’occasion pour Bob de demander à passer la main, aussi pour Paris-Brest, ne gardant que son bébé le plus cher, à savoir les Randonneurs Mondiaux. Comme pour les artistes, ceci ne se fera pas sans quelques faux-départs, mais il est devenu clair que la période post-LEPERTEL était engagée inéluctablement.

Faute de candidat au remplacement de Jean-Claude MASSÉ, qui préside désormais le Comité Départemental 75, c’est Claude AUBAGUE, le boulanger du Kremlin-Bicêtre, qui se dévoue pour assurer la présidence à partir de 1992. Le club compte alors 106 membres à jour de leur cotisation. En plus du bulletin trimestriel est éditée une Lettre de l’ACP qui est distribuée aux membres présents lors des réunions amicales qui se tiennent tous les mois.

Si les effectifs baissent ensuite légèrement à cette époque et passent sous la barre des 80 membres électeurs, le club maintient son activité habituelle et récompense notamment plusieurs de ses jeunes issus des familles FABUREL, GIBERT, SANDRINI… En 1994 le club fête ses 90 ans d’existence. 

Comme une coutume, le Paris-Brest-Paris 1995 marquera un nouveau changement à la tête de l’ACP, puisque Pierre THÉOBALD prendra la succession de Claude AUBAGUE. Toujours présents et totalement dévoués à leur club, Robert et Suzanne LEPERTEL ont encore assuré le pilotage du Paris-Brest 1995, comme ils le feront une dernière fois en 1999. Quant à Pierrot THÉOBALD, il ne sait peut-être pas encore qu’il vient de signer un long bail aux commandes du club, puisqu’il restera à son poste pendant treize années de 1996 à 2008. Assisté de Jean-Pierre PENDU, Bernard WARIN, Marie-Thérèse MARTIN et d’autres membres du club, il relèvera le challenge d’organiser PBP 2003 alors que les contraintes organisationnelles ne font qu’augmenter.

Ces années seront marquées, à l’ACP comme dans presque tous les clubs cyclos, par une activité moins forte, une stabilisation des effectifs et les premiers soucis face au vieillissement des forces vives du club. Les sorties en groupe rassemblent de moins en moins de participants et doivent même parfois être annulées. En revanche les brevets randonneurs mondiaux, et bien sûr Paris-Brest-Paris, conservent une forte progression et s‘internationalisent de plus en plus. Ces organisations prestigieuses, de plus en plus importantes en termes de participants, consomment hélas beaucoup d’énergie au sein d’un club qui, lui, ne voit pas ses effectifs augmenter. Malgré le recours à l’informatique, malgré le dévouement total d’un Jean-Pierre PENDU, d’une Michèle HUGON ou d’un Jean-Gualbert FABUREL, il faut se rendre à l’évidence que la vie interne du club en pâtit.  Peu à peu chemine l’idée que pour continuer à exister l’ACP doit se transformer. 

L’Assemblée Générale de décembre 2008 verra le club amorcer ce changement, mais ce ne sera qu’un feu de paille puisque la présidence de Thierry MITON, qui succèdera à Pierrot THÉOBALD, ne durera même pas deux années. C’est un ancien du club, quoiqu’encore jeune, Thierry RIVET qui proposera ses services à la fin de l’année 2010, pour venir à bout de ce coup de tabac qui aurait pu mal finir. 

Tranquillement, avec l’aide de l’ancienne équipe, il remettra le club sur les rails, acceptant notamment de faire appel à des bonnes volontés extérieures à l’ACP, comme Paul ARSAC qui rejoindra le président et le vice-président dans le comité de pilotage de trois éditions de Paris-Brest-Paris. L’ACP devra aussi, de temps en temps, accepter de sous-traiter une partie des tâches qu’elle assurait seule autrefois. Enfin la réunion de chaque début d’année, que l’ACP organise depuis plusieurs décennies pour remettre les récompenses aux lauréats de ses organisations, demeure un moment de rencontre privilégié ; elle permet de se retrouver entre amis, d’échafauder les projets de la saison à venir, et aussi de mesurer le fort courant de sympathie dont continue de bénéficier le club, en France mais aussi dans le monde entier.  

Alors que les candidats aux postes du Comité Directeur se faisaient de plus en plus rares, une vague de jeunesse et de renouvellement, en partie née de l’engouement suscité par Paris-Brest 2019, est venue frapper sur la coque du vieux navire. L’Assemblée Générale de décembre 2019 a ainsi enregistré six nouvelles candidatures au Comité Directeur et nommé un nouveau président, pour remplacer Thierry RIVET, en la personne de Luc COPPIN. 

L’avenir pour le club passe par un changement des outils de gestion intégrant les nouveaux modes de communication, réactifs et collaboratifs. Ce n’est pas d’un changement des valeurs du club qu’il s’agit. Elles restent le sport et l’amitié, le tourisme et la longue distance.

Liste des présidents de l’Audax Club Parisien

AnnéesNom du Président
1904-1908Armand LE RENDU
1909-1910Louis ROUDAIRE
1911 - 1912Fernand FAUVEAU
1913 - 1914Paul LECLERCQ
1915 - 1916Henri DE COPPET
1917 - 1918Maurice MAÎTRE
1919 - 1922Armand DUBRAY
1923 - 1924Gaston LECLERE
1925 - 1926Maurice MAÎTRE
1927 - 1931Camille DURAND
1932 - 1934Adolphe DESCUBES
1935 - 1937Paul PANGAUD
1938 - 1942René SAMSON
1943 - 1945Pierre MOLINIER
1946Pierre MOLINIER
1946Henri CONTENT
1946 - 1950Jean DEJEANS
1951Alfred GADECEAU
1952Lucien VIRGILE
1953 - 1956René MARTINEZ
1957 - 1962Jacques PASSAYS
1963Jean DEJEANS
1964 - 1971Gilbert BULTÉ
1972 - 1983Robert LEPERTEL
1984Marie-Thérèse MARTIN
1985 - 1991Jean-Claude MASSÉ
1992 - 1995Claude AUBAGUE
1996 - 2008Pierre THÉOBALD
2009 - 2010Thierry MITON
2010 (interim 5 mois)Jean-Gualbert FABUREL
2011 - 2019Thierry RIVET
2020 -Luc COPPIN